Artisanat rural vs. artisanat urbain, lequel rapporte le plus ?

L’artisanat se déploie avec la division du travail. Mais celle-ci ne touche la péréquation des tâches entre gente masculine et féminine. Cette division est celle naissant de la maïeutique de l’habileté durement obtenue à travers les générations et l’espace, et des nécessités techniques qui accompagnent l’entassement de richesses par les premières firmes sédentaires en milieu rural. Voici une étude de la péréquation de l’artisanat rural et urbain.

Classification du tissu artisanal en milieu urbain et rural

Le tissu artisanal, dans tous types d’endroits (grandes, moyennes et petites agglomérations, rural), reste bien présent, en parfait rapport avec la répartition du peuple. Et dans une même région, notamment en Hexagone, on constate de grandes différences, au sujet de l’artisanat rural et urbain, d’une zone d’emploi à une autre. Ces différences sont reliées particulièrement à l’importance de l’économie touristique locale. En nombre, l’artisanat rural est important. Les 23% du tissu se trouvent dans des communes ayant moins de 2000 habitants, bien que la ruralité ait un poids variable en fonction des régions. En effet, la moitié des firmes est située dans des communes rurales, contre 7% dans le Sud, cas de l’Hexagone toujours. Et hors influence des pôles d’emploi,  6% des actions artisanales sont « écartées ».

Dans les communes rurales, l’emploi salarié est de plus en plus fragile

Toujours dans cette comparaison de l’artisanat rural et urbain, l’emploi salarié est, de nos jours, plus délicat dans les communes rurales, avec une réduction de 5 % en trois ans (2013-2016). Cette situation est réelle, malgré un accroissement de 22 % d’entreprises artisanales. On constate que cette amélioration d’entreprises artisanales est plus forte dans les grandes villes et dans l’air urbaine, si ce n’est que pour le cas de Paris, par exemple. Cette dernière, en effet, a réussi à engendrer des emplois salariés pendant des années de crise. L’artisanat alimentaire dans les communes rurales est aussi touché par cette fragilité. Cela n’est pourtant pas le cas dans les villes-centres où l’accroissement des emplois salariés est particulièrement puissant.

Accroissement généralisé toutefois constaté

Selon une étude, un accroissement absolu du nombre d’entreprises artisanales a été constaté entre 2013 et 2017 : 24% dans les villes moyennes et 22% dans les zones rurales. Ce mouvement va de pair avec une augmentation du nombre d’emplois salariés en agglomérations périurbaines et villes-centres. En effet, lorsqu’une unité citadine est formée de nombreuses communes, la ville-centre est celle qui indique plus de 50 % de la population des agglomérations. L’artisanat rural et urbain escorte le mouvement de tous les types d’endroits mais il y a des différences. Si plusieurs firmes se créent dans les zones rurales, elles ont une difficulté dans le déploiement et création de l’emploi salarié. Inversement, les agglomérations périurbaines des villes-centres marquent toutes les cases : création d’emplois salariés et augmentation du nombre de firmes.